Cours de macroéconomie

Cours d’économie : Macroéconomie (Licence 1)

Le cours complet de macroéconomie sur ce lien.

La science économique est l’étude à partir des actes économiques fondamentaux de la manière dont les hommes vivant en société cherchent à répondre au problème de la rareté des ressources. Létude des actes économiques fondamentaux se réduit à analyser quatre actes : la production, la répartition, la distribution et la consommation.

  •  Plan du cours de cours d’économie : Introduction historique
  • Chapitre 1 : Place et rôle de l’Etat
  • Chapitre 2 : Emploi et inégalités
  • Chapitre 3 : L’analyse des marchés.cours d’économie générale 
Dans ce cours, on y étudie la place de l’État dans l’économie, la politique de l’emploi, la correction des inégalités, la politique de la concurrence…

Résultat de recherche d'images pour "economy course"

Les fiches d’économie (macroéconomie) et le cours :
  • Cours de macroéconomie Cours d’économie : Macroéconomie (Licence 1) Le cours complet de macroéconomie sur ce lien. La science économique est l’étude à partir des actes économiques fondamentaux de la manière dont les hommes vivant en société cherchent à répondre au problème de la rareté des ressources. Létude des actes économiques fondamentaux se réduit à analyser quatre actes : la production, ... Lire la suite...
  • L’analyse des marchés : concurrence pure et parfaite et imparfaite L’analyse des marchés Dans ce chapitre, on étudie le comportement des entreprises. Hypothèse simplificatrice de départ la concurrence pure et parfaite. Les firmes sont nombreuses sur un marché donné et ne peuvent influencer les conditions de l’échange. Les prix sont supposés être fixés de façon impersonnelle par le marché Par opposition : les situations de concurrence imparfaite. Quand ... Lire la suite...
  • Les théories du chômage et le marché du travail Emploi et chômage L’emploi et le chômage sont au cœur des débats économiques et politiques. Quelle définition pour le chômage ? Le chômage, tel que nous l’entendons, n’a pas toujours existé. Le mot même est d’une invention assez récente. La catégorie statistique de chômeur émerge en France à l’occasion du recensement de 1896. Il y a deux ... Lire la suite...
  • Keynésianisme : la critique de la théorie Keynésienne La remise en cause de l’interventionnisme de l’État dans l’économie. Le keynésianisme est une école de pensée économique fondée par l’économiste britannique John Maynard Keynes (5 juin 1883 – 21 avril 1946). Pour les keynésiens, les marchés laissés à eux-mêmes ne conduisent pas forcément à l’optimum économique. En outre, l’État aurait un rôle à ... Lire la suite...
  • Keynésianisme : Quelle est la théorie de Keynes? L’analyse keynésienne Le keynésianisme est une théorie macroéconomique développée par l’économiste anglais John Keynes (1883-1946). Contrairement aux classiques qui considèrent qu’il faut baisser les dépenses publiques en période de crise, Keynes pense qu’une crise nécessite une relance de l’économie. Les fondements de cette théorie dite de relance proviennent majoritairement de l’ouvrage Théorie ... Lire la suite...
  • La théorie libertarienne et la théorie interventionniste de Rawls La place de l’État dans l’économie : les différentes théories. L’Etat occupe une place importante dans nos économies contemporaines. Pour juger du bon niveau d’intervention publique, il faut d’abord définir quelle est la conception de la justice sociale que la société souhaite mettre en œuvre. – Souhaite-t-on atteindre une ... Lire la suite...
  • La place et le rôle de l’État dans l’économie LA PLACE ET LE RÔLE DE L’ÉTAT. Une analyse économique de l’intervention publique sur l’activité économique. Jusqu’à l’entre-deux guerres : les prérogatives de l’État devaient se limiter aux fonctions régaliennes de défense, police, justice et du droit de battre monnaie. La pensée classique : la référence est le marché qui permet de concilier intérêt individuel et intérêt collectif. La ... Lire la suite...
  • Keynes vs. Néo-classiques (Jevons, Walras, Pareto, Marshall…) Keynes vs. Néo-classiques (Jevons, Walras, Pareto, Marshall…) S’agissant de l’école néo-classique, il existe plusieurs courants en son sein, mais ces courants ne sont pas forcément opposés. Il vaut mieux les concevoir comme ayant chacun contribué à la mise en place des « briques » néo-classiques. Les six principaux courants de l’école néo-classique sont L’école autrichienne, qui compte parmi elles les ... Lire la suite...
  • Du mercantilisme aux classiques (Smith, Ricardo, Marx, Malthus, Say…) Du mercantilisme aux classiques (Smith, Ricardo, Marx, Malthus, Say…) Les premières réflexions sur l’économie sont assez anciennes. Elles datent de l’antiquité. 1776 : Adam SMITH (grand ouvrage). La vraie naissance de l’économie s’opère à la fin du XVIIIème siècle. L’économie en tant que science moderne, distincte de la philosophie morale et de la politique, est née avec ... Lire la suite...
  • Cours d’économie Cours d’économie : Macroéconomie (Licence 1) Nous allons traiter la place de l’État dans l’économie, la politique de l’emploi, la correction des inégalités, la politique de la concurrence… La science économique est l’’étude à partir des actes économiques fondamentaux de la manière dont les hommes vivant en société cherchent à répondre au problème de la rareté ... Lire la suite...

Introduction 

I)             Qu’est-ce que l’économie ?

a)  Une définition cla-ssique

Originellement et étymologiquement : les règles de l’administration de la maison.

De façon plus moderne : les moyens  d’assurer la production des biens mais également la façon dont cette production est répartie entre les différentes classes sociales. Le revenu se répartie entre le travail et le capital.

La manière dont se forment, se distribuent et se consomment les richesses, Jean-Baptiste SAY

Les richesses c’est aujourd’hui la production (activité productive dans l’économie)

La distribution des richesses c’est la répartition du surplus de la production entre employeurs et employés.

 

b)  Une définition plus ambitieuse

L’économie c’est l’étude du comportement humain et des choix efficaces.

C’est une manière de réfléchir sur la société.

 L’économie c’est la science qui étudie le comportement humain en tant que relation entre les fins et les moyens rares à usage alternatifs. Lionel ROBBINS.

Les individus doivent être rationnels, doivent pouvoir faire des choix logiques. Donc, choisir la fin la plus alternative pour soi.

 Faire de l’économie, c’est donc se donner une représentation du monde basée sur un certain nombre d’hypothèses de façon à comprendre, étudier, et prévoir les activités humaines, généralement celles liées à la production ou à la consommation de biens ou de services.

Rationnel : on obéit à une logique de l’action individuelle, qui est une logique lié à notre intelligence.

 c)  Les divergences d’analyse en économie

Les représentations du monde peuvent différer d’un économiste à l’autre.

Quelles sont les sources de divergences possibles ?

On peut partir d’hypothèses différentes :

          Sur le comportement humain (exemple : l’hypothèse de rationalité est-elle la bonne ?)

Eugène Famat : la rationalité du fonctionnement économique.

           Sur la neutralité des institutions (exemple : l’Etat ou les juges sont-ils au service de la collectivité ou d’une classe sociale particulière ?)

Les divergences peuvent également venir de l’interprétation des faits économiques :

La lecture des statistiques sur l’évolution de la pauvreté ou de l’inégalité dépend de certaines classifications arbitraires (seuil de pauvreté, définition d’un ménage riche…)

Les sources de divergences peuvent (apparaitre) enfin avoir pour source des conceptions différentes de la justice : Faut-il égaliser les revenus ou les possibilités de revenu ?

Les théories et les résultats en économie ont donc un certain degré de relativisme (un énoncé peut être vrai dans certaines conditions ou à une  certaine époque)

Néanmoins, la façon de construire la théorie fait l’objet d’un certain consensus.

La science économique est aujourd’hui néoclassique.

 

 II)           Histoire de l’économie

Antiquité :

Tant que quelqu’un fabriquait, fournissait et distribuait des biens ou des services, il y avait une certaine forme d’économie ; les économies se développaient à mesure que les sociétés se développaient et devenaient plus complexes. Sumer a développé une économie à grande échelle basée sur l’argent des marchandises, tandis que les Babyloniens et leurs villes-états voisines ont plus tard développé le premier système économique auquel nous pensons, en termes de règles/lois sur la dette, de contrats juridiques et de codes juridiques concernant les pratiques commerciales et la propriété privée[15]. Les Babyloniens et leurs voisins de l’État de la ville ont développé des formes d’économie comparables aux concepts actuels de la société civile (droit). Ils ont développé les premiers systèmes juridiques et administratifs codifiés connus, avec les tribunaux, les prisons et les archives gouvernementales. L’économie ancienne reposait principalement sur l’agriculture de subsistance. Le Shekel faisait référence à une ancienne unité de poids et de monnaie. La première utilisation du terme est venue de Mésopotamie vers 3000 av. J.-C., et faisait référence à une masse spécifique d’orge qui reliait d’autres valeurs dans une métrique telle que l’argent, le bronze, le cuivre, etc. À l’origine, l’orge et le kel étaient à la fois une unité monétaire et une unité de poids, tout comme la livre sterling était à l’origine une unité dénommant une masse d’une livre d’argent. Pour la plupart des gens, l’échange de biens s’est fait par le biais de relations sociales. Il y avait aussi des commerçants qui faisaient du troc sur les marchés. Dans la Grèce antique, d’où vient le mot anglais actuel  » économie « , de nombreuses personnes étaient les esclaves esclaves des propriétaires libres. La discussion économique a été motivée par la rareté. Moyen-age A l’époque médiévale, ce que nous appelons aujourd’hui économie n’était pas loin du niveau de subsistance. La plupart des échanges ont eu lieu au sein de groupes sociaux. De plus, les grands conquérants ont levé ce que nous appelons aujourd’hui le capital-risque (de ventura, ital. ; risque) pour financer leurs captures. Le capital devrait être remboursé par les marchandises qu’ils amèneraient dans le Nouveau Monde. Les découvertes de Marco Polo (1254-1324), Christophe Colomb (1451-1506) et Vasco da Gama (1469-1524) ont conduit à une première économie mondiale. Les premières entreprises étaient des établissements commerciaux. En 1513, la première bourse fut fondée à Anvers. À l’époque, l’économie signifiait principalement le commerce. Les premiers temps modernes Les territoires capturés par les européens sont devenues des branches des États européens, les colonies. L’Espagne, le Portugal, la France, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas ont essayé de contrôler le commerce par le biais de droits de douane et (de mercator, lat. : marchand) a été une première approche de l’intermédiaire entre richesse privée et intérêt public. La sécularisation en Europe a permis aux États d’utiliser l’immense propriété de l’Église pour le développement des villes. L’influence des nobles diminue. Les premiers secrétaires d’État à l’économie ont commencé leurs travaux. Des banquiers comme Amschel Mayer Rothschild (1773-1855) ont commencé à financer des projets nationaux tels que des guerres et des infrastructures. L’économie signifiait dès lors l’économie nationale comme thème de l’activité économique des citoyens d’un Etat. La révolution industrielle Le premier économiste au vrai sens moderne du terme fut l’Écossais Adam Smith (1723-1790), inspiré en partie par les idées de la physiocratie, une réaction au mercantilisme et plus tard par Adam Mari, étudiant en économie[17], qui définit les éléments d’une économie nationale : les produits sont offerts à un prix naturel généré par la concurrence – offre et demande – et par la division du travail. Il a soutenu que le motif fondamental du libre-échange est l’intérêt personnel de l’être humain. L’hypothèse dite de l’intérêt personnel est devenue la base anthropologique de l’économie. Thomas Malthus (1766-1834) a transféré l’idée de l’offre et de la demande au problème de la surpopulation. La révolution industrielle a été une période du 18e au 19e siècle où des changements majeurs dans l’agriculture, la fabrication, l’exploitation minière et les transports ont eu un effet profond sur les conditions socioéconomiques et culturelles, en commençant au Royaume-Uni, puis en s’étendant par la suite en Europe, en Amérique du Nord et finalement dans le monde. Le début de la révolution industrielle a marqué un tournant majeur dans l’histoire de l’humanité ; presque tous les aspects de la vie quotidienne ont finalement été influencés d’une manière ou d’une autre. En Europe, le capitalisme sauvage a commencé à remplacer le système du mercantilisme (aujourd’hui : protectionnisme) et a conduit à la croissance économique. La période actuelle est appelée révolution industrielle parce que le système de production, de production et de division du travail a permis la production de masse de biens. Reconnaissance de la notion d' »économie ». Le concept contemporain d' »économie » n’était pas connu de tous avant la Grande Dépression américaine dans les années 1930. Après le chaos des deux guerres mondiales et la Grande Dépression dévastatrice, les décideurs ont cherché de nouvelles façons de contrôler le cours de l’économie. Friedrich August von Hayek (1899-1992) et Milton Friedman (1912-2006), qui ont plaidé en faveur d’un libre-échange mondial et sont censés être les pères du soi-disant néolibéralisme, ont exploré et discuté cette question. Cependant, l’opinion dominante était celle de John Maynard Keynes (1883-1946), qui préconisait un contrôle plus strict des marchés par l’État. La théorie selon laquelle l’État peut atténuer les problèmes économiques et favoriser la croissance économique par la manipulation de la demande globale par l’État est appelée keynésianisme en son honneur. À la fin des années 1950, la croissance économique en Amérique et en Europe – souvent appelée Wirtschaftswunder (ger : miracle économique) – a donné naissance à une nouvelle forme d’économie : la consommation de masse. En 1958, John Kenneth Galbraith (1908-2006) a été le premier à parler d’une société d’abondance. Dans la plupart des pays, le système économique est appelé économie sociale de marché. 2° eme siècle / 21ème siècle Avec la chute du rideau de fer et la transition des pays du bloc de l’Est vers un gouvernement démocratique et une économie de marché, l’idée de la société postindustrielle prend de l’importance car son rôle est de marquer ensemble la signification que le secteur des services reçoit au lieu de l’industrialisation. Certains attribuent la première utilisation de ce terme au livre de Daniel Bell de 1973, The Coming of Post-Industrial Society, tandis que d’autres l’attribuent au livre du philosophe social Ivan Illich, Tools for Conviviality. Le terme est également appliqué en philosophie pour désigner la disparition du postmodernisme à la fin des années 90 et surtout au début du XXIe siècle. Avec l’expansion d’Internet en tant que média de masse et moyen de communication, en particulier après 2000-2001, l’idée d’Internet et de l’économie de l’information s’est imposée en raison de l’importance croissante du commerce électronique et des entreprises électroniques, et le terme de société mondiale de l’information a vu le jour pour désigner une nouvelle forme de société « tout connecté ». À la fin des années 2000, le nouveau type d’économie et l’expansion économique de pays comme la Chine, le Brésil et l’Inde attirent l’attention et l’intérêt sur des économies et des modèles économiques de type occidental différents de ceux qui dominent habituellement.  

 III)           Les phases de l’économies (Phases économiques) On peut considérer que l’économie s’est développée au cours de phases 

  • L’économie ancienne reposait principalement sur l’agriculture de subsistance.
  • La phase de révolution industrielle a réduit le rôle de l’agriculture de subsistance, la convertissant en formes d’agriculture plus extensives et monoculturelles au cours des trois derniers siècles. La croissance économique s’est surtout manifestée dans les secteurs de l’exploitation minière, de la construction et de la fabrication. Le commerce est devenu plus important en raison de la nécessité d’améliorer l’échange et la distribution des produits dans la collectivité.
  • Dans les économies des sociétés de consommation modernes, les services, la finance et la technologie – l’économie de la connaissance – jouent un rôle croissant.
  Dans les économies modernes, ces  phases s’expriment quelque peu différemment par la théorie des trois secteurs
  • Niveau primaire/diplôme de l’économie : Implique l’extraction et la production de matières premières telles que le maïs, le charbon, le bois et le fer. (Un mineur de charbon et un pêcheur seraient des travailleurs au degré primaire.)
  • Niveau secondaire/diplôme de l’économie : Il s’agit de la transformation de matières premières ou intermédiaires en biens, par exemple la transformation de l’acier en voitures, ou de textiles en vêtements. ce stade, l’économie industrielle associée est également subdivisée en plusieurs secteurs économiques (également appelés industries). Leur évolution séparée au cours de la phase de révolution industrielle est traitée ailleurs.
  • Niveau tertiaire/diplôme de l’économie : La prestation de services aux consommateurs et aux entreprises, comme le baby-sitting, le cinéma et les services bancaires. (Un commerçant et un comptable seraient des travailleurs de l’enseignement supérieur.)
  • Stade/degré quaternaire de l’économie : Comprend la recherche et le développement nécessaires pour produire des produits à partir de ressources naturelles et de leurs sous-produits subséquents. (Une compagnie forestière pourrait chercher des moyens d’utiliser du bois partiellement brûlé pour le transformer en pâte à papier). Il est à noter que l’éducation est parfois incluse dans ce secteur.
Parmi les autres secteurs de la communauté développée, mentionnons les suivants
  • le secteur public ou public (qui comprend généralement : le parlement, les tribunaux et les centres gouvernementaux, divers services d’urgence, la santé publique, les abris pour les personnes démunies et menacées, les installations de transport, les ports aériens et maritimes, les soins postnatals, les hôpitaux, les écoles, les bibliothèques, les musées, les bâtiments historiques protégés, les parcs et jardins, les réserves naturelles, certaines universités, les terrains ou stades sportifs nationaux, les salles nationales d’art/concert, les théâtres et centres religieux variés).
  • le secteur privé ou les entreprises privées.
  • le secteur social ou le secteur associatif.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire