Cours de sociologie

COURS DE SOCIOLOGIE ET D’HISTOIRE DE LA SOCIOLOGIE

Le cours complet de sociologie et de son histoire sur ce lien

La sociologie est l’étude de la société, des modèles de relations sociales, de l’interaction sociale et de la culture de la vie quotidienne

Les cours fiches et cours de sociologie sur ce site :

  • Cours de sociologie COURS DE SOCIOLOGIE ET D’HISTOIRE DE LA SOCIOLOGIE Le cours complet de sociologie et de son histoire sur ce lien La sociologie est l’étude de la société, des modèles de relations sociales, de l’interaction sociale et de la culture de la vie quotidienne Les cours fiches et cours de sociologie sur ce site : Qu’est-ce que la sociologie? C’est une ... Lire la suite...
  • Les théories de Lévi-Strauss (structuralisme, parenté…) Lévi-Strauss Claude Lévi-Strauss est un anthropologue et ethnologue français. Il a étudié les peuples amérindiens du Brésil au cours de missions ethnographiques dés 1935. Il a consacré de nombreux à l’étude des tribus primitives. Claude Lévi-Strauss a observé les sociétés humaines lors de ses voyages et missions. Il s’est employé en particulier à étudier comment celles-ci se ... Lire la suite...
  • Quelles sont les théories du sociologue Howard Becker ? La sociologie d’Howard Becker : (1928). Il commence ses études de sociologie à l’université de Chicago et donc va être très marqué par ce courant de l’école de Chicago. Ses principales influences sont Everet, Hume, Robert Park, William Thomas etc. Deux dimensions fondamentales qu’il a héritées de l’école de Chicago : ... Lire la suite...
  • L’école de Chicago en Sociologie : l’interactionnisme L’interactionnisme ou la Seconde École de Chicago – Les origines du courant interactionniste L’école de Chicago est un courant de pensée sociologique qui a été créé en 1892, au laboratoire de sociologie de l’université de Chicago. Son objectif premier a été de comprendre comment les individus vivaient dans cette ville, mais aussi d’améliorer les conditions de vie ... Lire la suite...
  • Qu’est-ce que le fonctionnalisme de Malinowski et Merton? Le fonctionnalisme en sociologie : Malinowski et Merton Le déclin de l’école de Chicago avait deux causes : la première étant politique, les sociologues des autres facs se sont liés pour contester le leadership de l’École de Chicago au sein de L’American, et l’autre raison étant scientifique, à partir de 1937, l’ouvrage de Parson entérine l’apparition ... Lire la suite...
  • L’école de Chicago L’École de Chicago : Courant sociologique qui a donné des travaux entre les années 1915-1940. Ecole de Chicago (1930) de façon rétrospective pour désigner ce courant sociologique. Ce courant se distingue par deux choses essentielles : – le développement des techniques d’enquêtes qualitatives – le développement de la sociologie urbaine Les origines : – L’université de Chicago est ... Lire la suite...
  • Quelles sont les théories de Max Weber? Les grands principes théorisés par Max Weber Max Weber est un sociologue allemand né le 21 avril 1864 et mort le 14 juin 1920. Considéré comme étant un des fondateurs de la sociologie, il pense que celle-ci est trop éloignée des sciences de la nature et qu’elle ne peut pas employer les mêmes méthodes ... Lire la suite...
  • Qui est Durkheim? Quelles sont les théories de Durkheim? Émile Durkheim : biographie résumée, théorie… La Biographie de Durkheim Émile Durkheim est un sociologue français, fondateur de la sociologie moderne. Il devient professeur et est notamment chargé des cours de pédagogie et de sciences sociales à Bordeaux en 1887. C’est à Bordeaux qu’il commença la rédaction de ses ouvrages de sociologie. La thèse de ... Lire la suite...
  • Quelles sont les théories de Karl Marx ? Marx :  son idéologie, sa notion de Classe sociale et ses critiques Karl Marx est né le 5 mai 1818. Il meurt le 14 mars 1883. De 1836 à 1843, Marx d’abord hégélien de gauche estime peu à peu que la philosophie est une forme d’aliénation, insuffisante pour penser le monde. De 1843 à 1845, Marx ... Lire la suite...
  • Histoire de la sociologie HISTOIRE DE LA SOCIOLOGIE Introduction :  La sociologie se caractérise par une connaissance rationnelle. Pour ce faire, les sciences humaines empruntent des outils intellectuels aux sciences de la nature. Cette caractéristique est vraiment un mimétisme formel avec les sciences de la nature. La sociologie est une discipline à prétention scientifique même si naturellement elle ne peut pas aboutir ... Lire la suite...

Résultat de recherche d'images pour "sociologues"

Qu’est-ce que la sociologie?

C’est une science sociale qui utilise diverses méthodes de recherche empirique et d’analyse critique pour développer un ensemble de connaissances sur l’ordre social, l’acceptation, le changement ou l’évolution sociale. La sociologie est également définie comme la science générale de la société. Alors que certains sociologues mènent des recherches qui peuvent être appliquées directement à la politique sociale et au bien-être social, d’autres se concentrent principalement sur l’affinement de la compréhension théorique des processus sociaux. Les sujets abordés vont du niveau micro-sociologique de l’action et de l’interaction individuelles au niveau macroéconomique des systèmes et de la structure sociale.

Les différents centres d’intérêt traditionnels de la sociologie comprennent la stratification sociale, la classe sociale, la mobilité sociale, la religion, la sécularisation, le droit, la sexualité, le sexe et la déviance. Comme toutes les sphères de l’activité humaine sont touchées par l’interaction entre la structure sociale et l’action individuelle, la sociologie s’est progressivement étendue à d’autres sujets, tels que la santé, la médecine, l’économie, les institutions militaires et pénales, Internet, l’éducation, le capital social et le rôle des activités sociales dans le développement du savoir scientifique.

L’éventail des méthodes des sciences sociales s’est également élargi. Les chercheurs en sciences sociales ont recours à diverses techniques qualitatives et quantitatives. Les tournants linguistiques et culturels du milieu du XXe siècle ont conduit à des approches de plus en plus interprétatives, herméneutiques et philosophiques de l’analyse de la société. Inversement, la fin des années 1990 et le début des années 2000 ont vu l’émergence de nouvelles techniques analytiques, mathématiques et informatiques rigoureuses, telles que la modélisation basée sur les agents et l’analyse des réseaux sociaux.

La recherche sociale informe les politiciens et les décideurs, les éducateurs, les planificateurs, les législateurs, les administrateurs, les développeurs, les magnats des affaires, les gestionnaires, les travailleurs sociaux, les organisations non gouvernementales, les organismes sans but lucratif et les personnes intéressées à résoudre les problèmes sociaux en général. Il y a souvent beaucoup de croisements entre la recherche sociale, les études de marché et d’autres domaines statistiques.

 

Origines de la sociologie

Le raisonnement sociologique est antérieur à la fondation de la discipline. L’analyse sociale a ses origines dans le stock commun de connaissances et de philosophie occidentales, et a été menée depuis l’époque du philosophe grec Platon.

L’origine de l’enquête (la collecte d’informations sur un échantillon d’individus) remonte au moins au Domesday Book en 1086, tandis que des philosophes anciens tels que Confucius ont décrit l’importance des rôles sociaux. Il y a des preuves de sociologie ancienne dans les écrits arabes médiévaux. Certaines sources considèrent Ibn Khaldoun, un érudit arabo-musulman d’Afrique du Nord (Tunisie) du XIVe siècle, comme le premier sociologue et le père de la sociologie (voir les branches de la philosophie islamique ancienne) ; son Muqaddimah fut peut-être le premier ouvrage qui fit progresser la réflexion socio-scientifique sur la cohésion sociale et le conflit social.

Le mot sociologie (ou « sociologie ») est d’origine latine et grecque. Le mot latin : socius, « compagnon » ; le suffixe -logie, « l’étude de » du grec -λογία de λόγος, lógos, « mot », « connaissance ». Elle a été inventée pour la première fois en 1780 par l’essayiste français Emmanuel-Joseph Sieyès (1748-1836) dans un manuscrit inédit

La sociologie a ensuite été définie indépendamment par le philosophe français des sciences Auguste Comte (1798-1857) en 1838 comme une nouvelle façon de voir la société, Comte avait déjà utilisé le terme physique sociale, mais d’autres, notamment Adolphe Quetelet. Comte s’est efforcé d’unifier l’histoire, la psychologie et l’économie par la compréhension scientifique du domaine social. Peu après le malaise de la Révolution française, il propose de remédier aux maux sociaux par le positivisme sociologique, une approche épistémologique décrite dans Le Cours de philosophie positive (1830-1842) et Une vision générale du positivisme (1848). Comte croyait qu’une étape positiviste marquerait l’ère finale, après les phases conjecturales théologiques et métaphysiques, dans la progression de la compréhension humaine

En observant la dépendance circulaire de la théorie et de l’observation dans la science et en ayant classé les sciences, Comte peut être considéré comme le premier philosophe de la science au sens moderne du terme.

Auguste Comte (1798-1857)

Comte a donné un puissant élan au développement de la sociologie, un élan qui a porté ses fruits dans les dernières décennies du XIXe siècle. Dire cela n’est certainement pas prétendre que des sociologues français comme Durkheim étaient des disciples dévoués du grand prêtre du positivisme. Mais en insistant sur l’irréductibilité de chacune de ses sciences fondamentales à la science particulière des sciences qu’elle présuppose dans la hiérarchie et en soulignant la nature de la sociologie comme l’étude scientifique des phénomènes sociaux Comte met la sociologie sur la carte. Certes, ses débuts remontent bien au-delà de Montesquieu, par exemple, et de Condorcet, sans parler de Saint-Simon, le prédécesseur immédiat de Comte. Mais la reconnaissance claire par Comte de la sociologie comme une science particulière, avec un caractère propre, justifiait Durkheim en le considérant comme le père ou le fondateur de cette science, en dépit du fait que Durkheim n’a pas accepté l’idée des trois États et critiqué l’approche de Comte à la sociologie.

       Frederick Copleston, Histoire de la philosophie : IX Philosophie moderne 1974

Karl Marx (1818-1883)
Auguste Comte et Karl Marx (1818-1883) ont entrepris de développer des systèmes scientifiquement justifiés dans le sillage de l’industrialisation et de la sécularisation de l’Europe, éclairés par divers mouvements clés des philosophies historiques et scientifiques. Marx rejette le positivisme comteen, mais en tentant de développer une science de la société, il est néanmoins reconnu comme un fondateur de la sociologie à mesure que le mot prend un sens plus large. Pour Isaïe Berlin, Marx, même s’il ne se considérait pas comme un sociologue, peut être considéré comme le « vrai père » de la sociologie moderne, « pour autant que chacun puisse revendiquer ce titre »

Avoir donné des réponses claires et unifiées en termes empiriques familiers à ces questions théoriques qui occupaient le plus l’esprit des hommes à l’époque, et en avoir déduit des directives pratiques claires sans créer de liens manifestement artificiels entre les deux, était la principale réalisation de la théorie de Marx. Le traitement sociologique des problèmes historiques et moraux, dont Comte et, après lui, Spencer et Taine, avaient discuté et cartographié, ne devint une étude précise et concrète que lorsque l’attaque du marxisme militant rendit ses conclusions brûlantes, et donc la recherche de preuves plus zélées et l’attention à la méthode plus intense.

Isaiah Berlin, Karl Marx: His Life and Environment 1937

 

Herbert Spencer (27 avril 1820 – 8 décembre 1903) était l’un des sociologues les plus populaires et les plus influents du XIXe siècle. On estime qu’il a vendu un million de livres au cours de sa vie, beaucoup plus que tout autre sociologue à l’époque. Son influence est si forte que de nombreux autres penseurs du XIXe siècle, dont Émile Durkheim, définissent leurs idées par rapport à la sienne. La division du travail de Durkheim dans la société est dans une large mesure un débat prolongé avec Spencer, dont de nombreux commentateurs s’accordent maintenant à dire que Durkheim a beaucoup emprunté à la sociologie de Spencer, également biologiste réputé, Spencer a inventé le terme survie du plus fort. Alors que les idées marxistes définissaient une branche de la sociologie, Spencer était un critique du socialisme et un ardent défenseur d’un style de gouvernement laisser-faire. Ses idées ont été observées de près par les milieux politiques conservateurs, en particulier aux États-Unis et en Angleterre.

Fondements de la discipline académique

Le premier département officiel de sociologie au monde a été créé par Albion Small – à l’invitation de William Rainey Harper – à l’Université de Chicago en 1892, et l’American Journal of Sociology a été fondé peu après par Small également en 1895

Cependant, c’est surtout Émile Durkheim (1858-1917) qui a mené l’institutionnalisation de la sociologie comme discipline universitaire, en développant le positivisme comme fondement pour une recherche sociale pratique. Bien que Durkheim ait rejeté une grande partie des détails de la philosophie du Comte, il en a conservé et affiné la méthode, soutenant que les sciences sociales sont une suite logique des sciences naturelles dans le domaine de l’activité humaine, et insistant sur le fait qu’elles peuvent conserver la même objectivité, le même rationalisme et la même approche de la causalité.Pour Durkheim, la sociologie pourrait être décrite comme la « science des institutions, de leur genèse et de leur fonctionnement ».

La monographie de Durkheim Suicide (1897) est considérée par les sociologues contemporains comme un ouvrage phare de l’analyse statistique. Le suicide est une étude de cas des variations des taux de suicide parmi les populations catholiques et protestantes, et a servi à distinguer l’analyse sociologique de la psychologie ou de la philosophie. Elle a également marqué une contribution majeure au concept théorique du fonctionnalisme structurel. En examinant attentivement les statistiques sur le suicide dans différents districts de police, il a tenté de démontrer que les communautés catholiques ont un taux de suicide inférieur à celui des protestants, ce qu’il a attribué à des causes sociales (plutôt qu’individuelles ou psychologiques). Il a développé la notion de  » faits sociaux  » sui generis objectifs pour délimiter un objet empirique unique que la science de la sociologie pourrait étudier

A travers ces études, il postule que la sociologie serait capable de déterminer si une société donnée est  » saine  » ou  » pathologique « , et de chercher une réforme sociale pour annuler la dégradation organique ou  » anomie sociale « .

La sociologie a rapidement évolué comme une réponse académique aux défis perçus de la modernité, tels que l’industrialisation, l’urbanisation, la sécularisation et le processus de  » rationalisation  » Le domaine prédomine en Europe continentale, l’anthropologie et les statistiques britanniques suivant généralement une trajectoire distincte. Au tournant du XXe siècle, cependant, de nombreux théoriciens étaient actifs dans le monde anglophone. Peu de sociologues de la première heure se limitaient strictement au sujet, interagissant aussi avec l’économie, la jurisprudence, la psychologie et la philosophie, les théories étant appropriées dans une variété de domaines différents. Depuis sa création, l’épistémologie sociologique, les méthodes et les cadres d’enquête se sont considérablement élargis et ont divergé.

Durkheim, Marx et le théoricien allemand Max Weber (1864-1920) sont généralement cités comme les trois principaux architectes de la sociologie : Herbert Spencer, William Graham Sumner, Lester F. Ward, W.E.B. Du Bois, Vilfredo Pareto, Alexis de Tocqueville, Werner Sombart, Thorstein Veblen, Ferdinand Tönnies, Georg Simmel, Jane Addams et Karl Mannheim figurent souvent au programme des universités comme théoriciens fondateurs. Charlotte Perkins Gilman, Marianne Weber et Friedrich Engels, fondateurs de la tradition féministe en sociologie, peuvent également faire partie du cursus. Chaque figure clé est associée à une perspective et une orientation théorique particulière.

Marx et Engels associaient l’émergence de la société moderne avant tout au développement du capitalisme ; pour Durkheim, elle était liée en particulier à l’industrialisation et à la nouvelle division sociale du travail qui en résultait ; pour Weber, elle était liée à l’émergence d’un mode de pensée particulier, le calcul rationnel qu’il associait à la morale protestante (ce dont Marx et Engels parlent en gros en ces  » vagues glaciales du calcul égotiste « ). Ensemble, les travaux de ces grands sociologues classiques suggèrent ce que Giddens a récemment décrit comme  » une vision multidimensionnelle des institutions de la modernité  » et qui souligne non seulement le capitalisme et l’industrialisme comme institutions clés de la modernité, mais aussi la  » surveillance  » (contrôle de l’information et supervision sociale) et le  » pouvoir militaire  » (contrôle des moyens de la violence dans le contexte de l’industrialisation de la guerre).

— John Harriss, The Second Great Transformation? Capitalism at the End of the Twentieth Century 1992

Positivisme et antipositivisme
Positivisme

Le principe méthodologique dominant du positivisme est de conduire la sociologie de la même manière que les sciences naturelles. L’accent est mis sur l’empirisme et la méthode scientifique afin de fournir une base éprouvée à la recherche sociologique fondée sur l’hypothèse que la seule connaissance authentique est la connaissance scientifique, et que cette connaissance ne peut être obtenue que par une affirmation positive grâce à une méthodologie scientifique.

Notre objectif principal est d’étendre le rationalisme scientifique au comportement humain…… Ce qu’on a appelé notre positivisme n’est qu’une conséquence de ce rationalisme.

– Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique (1895)

Le terme a depuis longtemps cessé d’avoir ce sens ; il n’y a pas moins de douze épistémologies distinctes que l’on appelle positivisme

Beaucoup de ces approches ne s’identifient pas comme « positivistes », certaines parce qu’elles se sont elles-mêmes opposées aux formes plus anciennes du positivisme, et certaines parce que l’étiquette est devenue avec le temps un terme péjoratif, étant associées par erreur à un empirisme théorique. L’ampleur de la critique antipositiviste a également divergé, beaucoup rejetant la méthode scientifique et d’autres cherchant seulement à l’amender pour refléter les développements du XXe siècle dans la philosophie de la science. Cependant, le positivisme (largement compris comme une approche scientifique de l’étude de la société) reste dominant en sociologie contemporaine, en particulier aux États-Unis.

Loïc Wacquant distingue trois grandes tendances du positivisme : Durkheimian, Logical, and Instrumental

Rien de tout cela n’est identique à celui de Comte, qui était le seul à préconiser une version aussi rigide (et peut-être optimiste)

Si Émile Durkheim a rejeté beaucoup de détails de la philosophie du Comte, il a conservé et affiné sa méthode. Durkheim soutenait que les sciences sociales sont une continuation logique des sciences naturelles dans le domaine de l’activité humaine, et insistait pour qu’elles conservent la même objectivité, le même rationalisme et la même approche de la causalité

Il développa la notion de  » faits sociaux  » sui generis objectifs pour servir d’objets empiriques uniques à étudier par la science sociologique.

La variété du positivisme qui domine encore aujourd’hui est appelée positivisme instrumental. Cette approche évite les préoccupations épistémologiques et métaphysiques (telles que la nature des faits sociaux) au profit de la clarté méthodologique, de la reproductibilité, de la fiabilité et de la validité

Ce positivisme est plus ou moins synonyme de recherche quantitative, et ne ressemble donc en pratique qu’à un ancien positivisme. Puisqu’il ne comporte aucun engagement philosophique explicite, ses praticiens ne peuvent appartenir à aucune école de pensée particulière. La sociologie moderne de ce type est souvent attribuée à Paul Lazarsfeld, pionnier des études d’enquêtes à grande échelle et auteur de techniques statistiques pour les analyser. Cette approche se prête à ce que Robert K. Merton appelle la théorie du milieu de gamme : des énoncés abstraits qui généralisent à partir d’hypothèses distinctes et de régularités empiriques plutôt que de partir d’une idée abstraite d’un ensemble social.

Anti-positivisme

Les réactions contre l’empirisme social ont commencé lorsque le philosophe allemand Hegel a exprimé son opposition à la fois à l’empirisme, qu’il a rejeté comme non critique, et au déterminisme, qu’il a considéré comme trop mécaniste

La méthodologie de Karl Marx empruntée au dialecticisme hégélien mais aussi un rejet du positivisme en faveur de l’analyse critique, visant à compléter l’acquisition empirique des « faits » par la suppression des illusions

Il soutient que les apparences doivent être critiques et pas simplement documentées. Les premiers herméneuticiens comme Wilhelm Dilthey ont été les pionniers de la distinction entre sciences naturelles et sciences sociales ( » Geisteswissenschaft « ). Divers philosophes, phénoménologues et humanistes néo-kantiens ont théorisé en quoi l’analyse du monde social diffère de celle du monde naturel en raison des aspects irréductibles et complexes de la société, de la culture et de l’être humains.

Dans le contexte italien du développement des sciences sociales et de la sociologie en particulier, il y a des oppositions à la première fondation de la discipline, soutenue par une philosophie spéculative en accord avec les tendances antiscientifiques mûries par la critique du positivisme et de l’évolutionnisme, de sorte que la tradition progressiste lutte pour s’établir.

Au début du XXe siècle, la première génération de sociologues allemands a formellement introduit l’antipositivisme méthodologique, proposant que la recherche se concentre sur les normes, les valeurs, les symboles et les processus sociaux culturels humains dans une perspective résolument subjective. Max Weber a fait valoir que la sociologie peut être décrite de façon générale comme une science, car elle est capable d’identifier les relations causales de l' »action sociale » humaine, en particulier parmi les « types idéaux », ou les simplifications hypothétiques de phénomènes sociaux complexes.

En tant que non-positiviste, cependant, Weber recherchait des relations qui ne sont pas aussi  » historiques, invariantes ou généralisables  » que celles recherchées par les scientifiques naturels. Ferdinand Tönnies, sociologue allemand, a théorisé sur deux concepts abstraits cruciaux avec son travail sur « Gemeinschaft and Gesellschaft » (communauté et société). Tönnies a marqué une ligne nette entre le domaine des concepts et la réalité de l’action sociale : le premier doit être traité de manière axiomatique et déductive (« sociologie pure »), tandis que le second de manière empirique et inductive (« sociologie appliquée »).

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire