Cours d’institutions administratives comparées



INSTITUTIONS ADMINISTRATIVES COMPARÉES

Le cours de droit des institutions administratives est disponible sur ce lien.

Pourquoi comparer ? Le juriste doit connaître les lois, la jurisprudence etc. Il n’a pas besoin de connaître les autres systèmes juridiques. En réalité, c’est une matière qui est plus utile qu’elle n’en a l’air.

La comparaison c’est sans doute l’une des conditions nécessaires pour que le Droit puisse être non seulement un ensemble de normes mais aussi une science.

On a toujours fait des comparaisons. On décrivait autrefois les voyages des législateurs de l’Antiquité qui voyageaient pour connaître les institutions du Monde.

Résultat de recherche d'images pour "parlement français"

Le droit comparé des institutions comparées : le cours et les fiches :

  • Cours d’institutions administratives comparées // INSTITUTIONS ADMINISTRATIVES COMPARÉES Le cours de droit des institutions administratives est disponible sur ce lien. Pourquoi comparer ? Le juriste doit connaître les lois, la jurisprudence etc. Il n’a pas besoin de connaître les autres systèmes juridiques. En réalité, c’est une matière qui est plus utile qu’elle n’en a l’air. La comparaison c’est sans doute ... Lire la suite...
  • Droit administratif comparé Le droit de l’administration , droit comparé Pour l’essentiel, la procédure administrative a pour but l’édiction d’acte administratif mais cela ne s’entend pas de la même manière dans tous les systèmes juridiques. Actes administratifs = actes unilatéraux dans l’exercice dans la puissance publique en application de prérogatives accordés par la loi et certaines autorités C’est au delà de ... Lire la suite...
  • Droit comparé de la fonction publique et des fonctionnaires La fonction publique et fonctionnaires : droit comparé C’est une notion qui est beaucoup moins claire qu’il n’y paraît si on se place sur le terrain du droit comparé. Il y a une ambiguïté : quand on parle de Fonction Publique, se réfère-t-on à l’emploi ou au régime ? (Section I) Nous aborderons ensuite les régimes classiques ... Lire la suite...
  • Le budget et la fiscalité de l’administration locale et centrale Droit comparé de la fiscalité et du budget des administrations locales et fiscales C’est une question primordiale. Au fil du temps, les dépenses ont augmenté. Dès lors qu’on a distribué des pouvoirs et des compétences, il s’agit d’en assure le financement. Cependant, on constate très facilement que la décentralisation des ressources ne suit jamais complètement ... Lire la suite...
  • Droit comparé de l’organisation budgétaire des États L’organisation budgétaire des Etats : droit comparé Les finances constituent le sujet sur lequel il est le plus difficile de faire des comparaisons car l’organisation financière de l’Etat n’est pas réglementée avec le même degré de détail par le Droit dans tous les pays. Dans certains, on trouve des dispositions dans la Constitution, ... Lire la suite...
  • Les compétences des collectivités territoriales et de l’État Droit comparé des compétences de l’État et des collectivités territoriales dans l’administration locale Dans ce cours, nous étudierons : Les compétences locales : distribution, coopération, modes d’exercice La place de l’État dans l’administration territoriale ... Lire la suite...
  • Les institutions des collectivités territoriales dans le monde DROIT COMPARÉ DES INSTITUTIONS LOCALES On entend par là les institutions qui assument les pouvoirs et les compétences des collectivités locales. Habituellement, ce sont des Conseils, des organes exécutifs mais également différentes formes de participation directe des citoyens à la gestion des affaires locales, sujet qui au cours des deux ou trois dernières décennies a pris ... Lire la suite...
  • L’organisation des collectivités territoriales dans le monde Les grands systèmes d’organisation des collectivités territoriales Les collectivités locales ou territoriales sont des personnes morales de droit public distinctes de l’État et bénéficient à ce titre d’une autonomie juridique et patrimoniale. En France, on peut classer les collectivités locales en cinq catégories : commune ,département, région, collectivité d’outre-mer, collectivités à statut particulier. Nous étudierons les ... Lire la suite...
  • Les relations entre l’État fédéré et le pouvoir fédéral Les relations intergouvernementales : autonomie et coopération Qu’est ce qu’on entend par les « relations intergouvernementales » ? il s’agit d’étudier comment les États fédéraux fonctionnent par les mécanismes de coopération entre le pouvoir central et les pouvoirs fédérésOn peut les appeler aussi, dans les pays de langue allemande, le fédéralisme d’exécution. La tendance au renforcement ... Lire la suite...
  • La participation des États fédérés à l’administration fédérale Les institutions centrales : unité et participation, autonomie et concordance Nous avons vu qu’il y a deux grandes catégories : les États fédéraux et les États à autonomie régionale. Pour l’étude de ces États, on peut les étudier en se posant une question : Les institutions politiques centrales pour lesquelles se pose la question ... Lire la suite...
  • La répartition des compétences dans l’État fédéral La problématique de la répartition des compétences La problématique de la répartition des compétences est centrale dans tous les États fédéraux. Elle concerne au premier chef la répartition des compétences législatives puisque ce qui caractérise l’État fédéral est la pluralité des fonctions législatives. L’État fédéral est un État dans lequel les fonctions sont organisées à « deux ... Lire la suite...
  • Hiérarchie entre la loi fédérale, nationale ou régionale Hiérarchie entre les actes législatifs : lois fédérale ou nationales et lois régionales ? Sur ce point la situation est assez incertaine dans certains pays. Tout dépend des dispositions constitutionnelles lesquelles sont parfois muettes sur la question.– hiérarchie ?– sanction ?– répartition des compétences 1° Hiérarchie L’existence même de l’État suppose la primauté de la loi fédérale ou ... Lire la suite...
  • Décentralisation et autres notions: autonomie, délégation, déconcentration Décentralisation et les notions voisines : Dévolution, délégation, déconcentration, autonomie D’une part on rencontre des usages différents et d’autre part, cette notion est concurrencée par d’autres. 1) Décentralisation La Décentralisation  consiste à transférer les pouvoirs de décision de l’Etat vers d’autres personnes morales de droit public que sont les collectivités territoriales. Ces collectivités sont administrées par ... Lire la suite...
  • Différence entre État unitaire, composé, fédéral, régional Definition et distinction : État unitaire, État composé, État régional, État fédéral Nous débuterons par la distinction État unitaire – État composé. Nous allons ensuite nous intéresser à la diversité des États composés : nous opposerons l’État fédéral et les autonomies régionales – L’État unitaire est celui qui, sur son territoire et pour sa population, ... Lire la suite...
  • Le contrôle du parlement sur l’administration Le contrôle du parlement sur l’administration En principe, c’est un non sujet puisque dans un régime parlementaire, le gouvernement est responsable devant le Parlement mais ce principe constitutionnel n’équivaut pas à un mode de contrôle de l’administration et habituellement, la Constitution ne prévoit pas que le Parlement contrôle l’administration. Si on revient au schéma du régime ... Lire la suite...
  • Droit comparé de la gestion des administrations ministérielles Comparaison des nouvelles formes de management des administrations ministérielles dans le monde Dans ce cours, nous allons également étudier comment est organisé l’Administration centrale, quels sont les moyens mis à disposition pour remplir les missions qui lui sont assignées. Si le modèle de base, c’est l’administration ministérielle, ce mode d’organisation a été fortement concurrencé. On ... Lire la suite...
  • Les administrations centrales dans le monde Comparaison des différentes organisations administratives centrales dans le monde (l’exemple suédois et américain) On va se concentrer sur les Administrations centrales.Dans tous les pays, la base de l’organisation centrale, ce sont les ministères. Il y a cependant une grande diversité dans le mode de fonctionnement des ministères. Ce n’est pas non plus le mode exclusif d’Administration. ... Lire la suite...
  • La subordination de l’administration au pouvoir politique Les différents modes de subordination de l’administration au pouvoir politique à travers le monde Dans les pays de tradition libérale, on considère que l’organisation de l’administration doit concilier deux principes :– subordination au pouvoir politique : principe de légitimité démocratique– indépendance des fonctionnaires : l’Administration est assurée par des professionnels recrutés selon des procédures objectives. Dans tous ... Lire la suite...
  • Les régimes parlementaires (Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie) Le régime parlementaires dans les différents pays du monde Le régime parlementaire se caractérise par le fait que le pouvoir exécutif dépend au moins en principe du pouvoir législatif puisque le gouvernement doit disposer d’une majorité au Parlement. Sans cette majorité, il est exposé au risque de voir sa responsabilité politique mis en jeu. Il y ... Lire la suite...
  • Les différents régimes présidentiels (USA, Russie, Brésil…) L’organisation gouvernementale des différents pays : le régime présidentiel Nous nous demanderons quels sont les différents régime politique dans le monde. Quels sont les modes d’organisations gouvernementales. Comment fonctionne l’administration centrale? comment s’articule les compétences des différentes institutions centrales : un président, un ministre, un gouvernement, un parlement… La façon dont la fonction gouvernementale est organisé ... Lire la suite...
  • Droit comparé : fonction, méthode, histoire DROIT COMPARÉ : FONCTION MÉTHODE, HISTOIRE Selon Saleilles au Congère de 1900, le droit comparé est « une méthode auxiliaire de la critique législative, méthode qui consiste à apprécier et juger la loi nationale en la comparant aux lois similaires ou aux institutions analogues des autres pays ». Un peu plus loin, il écrit que ... Lire la suite...
  • Les juges de l’administration en droit comparé Les juges de l’administration dans les différents pays européens Il y a une extraordinaire diversité qui prend racine dans l’histoire de chaque Etat et de ses institutions qui véhiculent des représentations des valeurs de ce qu’est l’Etat etc. On présente souvent les différents systèmes en opposant système dualiste et système moniste. Les systèmes monistes sont ceux où ... Lire la suite...
  • Institutions administratives comparées INSTITUTIONS ADMINISTRATIVES COMPARÉES  Pourquoi comparer ? Le juriste doit connaître les lois, la jurisprudence etc. Il n’a pas besoin de connaître les autres systèmes juridiques. En réalité, c’est une matière qui est plus utile qu’elle n’en a l’air. La comparaison c’est sans doute l’une des conditions nécessaires pour que le Droit puisse être non seulement un ensemble ... Lire la suite...



 

   

Qu’est-ce que le droit comparé ?

Le droit comparé est l’étude des différences et des similitudes entre les lois (systèmes juridiques) des différents pays. Plus précisément, il s’agit d’étudier les différents « systèmes » (ou « familles ») juridiques existant dans le monde, notamment la common law, le droit civil, le droit socialiste, le droit canonique, le droit islamique, le droit hindou, droit chinois… Il s’agit aussi de comparer  les systèmes juridiques pays par pays et par domaine juridique. Par exemple dans ce cours, il s’agit de comparer les institutions administratives des différents pays. Elle comprend la description et l’analyse des systèmes juridiques étrangers, même lorsqu’aucune comparaison explicite n’est effectuée. L’importance du droit comparé a énormément augmenté à l’ère actuelle de l’internationalisme, de la mondialisation économique et de la démocratisation.

Histoire du droit comparé

Les origines du droit comparé moderne remontent à Gottfried Wilhelm Leibniz en 1667 dans son livre en langue latine Nova Methodus Discendae Docendaeque Iurisprudentiae (Nouvelles méthodes d’étude et d’enseignement du droit). Le chapitre 7 (Présentation du droit en tant que projet pour toutes les nations, les terres et les temps) introduit l’idée de classer les systèmes juridiques en plusieurs familles. Notamment, quelques années plus tard, Leibniz a introduit une idée de familles de langues.

Bien que chaque système juridique soit unique, le droit comparé, par l’étude de leurs similitudes et de leurs différences, permet de classer les systèmes juridiques, où les familles de droit constituent le niveau de base de la classification. Les principales différences entre les familles de droit se trouvent dans les sources du droit, le rôle des précédents judiciaires, l’origine et le développement du système juridique. Montesquieu est généralement considéré comme l’une des premières figures fondatrices du droit comparé. Son approche comparative est évidente dans l’extrait suivant du chapitre III du livre I de son chef-d’œuvre, De l’esprit des lois (1748 ; traduit pour la première fois par Thomas Nugent, 1750) :

Les lois politiques et civiles de chaque nation… devraient être adaptées de manière à s’adapter au peuple pour lequel elles sont conçues, de sorte que ce soit une grande chance si celles d’une nation conviennent les unes aux autres.

Ils doivent être en relation avec la nature et le principe de chaque gouvernement : qu’ils le forment, comme on peut le dire des lois politiques, ou qu’ils le soutiennent, comme dans le cas des institutions civiles.

Ils doivent être en relation avec le climat de chaque pays, avec la qualité de son sol, avec sa situation et son étendue, avec l’occupation principale des indigènes, qu’ils soient cultivateurs, chasseurs ou bergers : ils doivent être en relation avec le degré de liberté que la constitution portera ; avec la religion des habitants, avec leurs inclinations, leur richesse, leur nombre, leur commerce, leurs manières et coutumes.

Aussi, au chapitre XI (intitulé  » Comment comparer deux systèmes de lois différents « ) du livre XXIX, qui traite des systèmes français et anglais de punition des faux témoins, il conseille que  » pour déterminer lequel de ces systèmes est le plus plaisant à raisonner, nous devons les prendre dans leur ensemble et les comparer dans leur ensemble « . Un autre endroit où l’approche comparative de Montesquieu est évidente est la suivante, tirée du chapitre XIII du livre XXIX :

Comme les lois civiles dépendent des institutions politiques, parce qu’elles sont faites pour la même société, chaque fois qu’il y a un projet d’adoption de la loi civile d’une autre nation, il conviendrait d’examiner au préalable si elles ont à la fois les mêmes institutions et la même loi politique.

La figure fondatrice moderne de la jurisprudence comparative et anthropologique était Sir Henry Maine, juriste et historien du droit britannique[4] Dans son ouvrage de 1861 Ancient Law : Son lien avec l’histoire ancienne de la société et sa relation avec les idées modernes, il a exposé son point de vue sur le développement des institutions juridiques dans les sociétés primitives et s’est engagé dans une discussion comparative des traditions juridiques orientales et occidentales. Ces travaux ont replacé le droit comparé dans son contexte historique et ont été largement lus et influents.

Le premier cours universitaire sur le sujet a été créé à l’Université d’Oxford en 1869, le Maine occupant le poste de professeur.

Le droit comparé aux États-Unis a été introduit par un juriste fuyant la persécution en Allemagne, Rudolf Schlesinger. M. Schlesinger est finalement devenu professeur de droit comparé à la Cornell Law School, ce qui a contribué à étendre la discipline à l’ensemble des États-Unis.

 

Objet du droit comparé
Le droit comparé est une discipline académique qui implique l’étude des systèmes juridiques, y compris leurs éléments constitutifs et leurs différences[6], et la façon dont leurs éléments se combinent dans un système.

Plusieurs disciplines se sont développées en tant que branches distinctes du droit comparé, notamment le droit constitutionnel comparé, le droit administratif comparé, le droit civil comparé (au sens du droit de la responsabilité délictuelle, des contrats, de la propriété et des obligations), le droit commercial comparé (au sens des organisations commerciales et commerciales) et le droit pénal comparé. Les études de ces domaines spécifiques peuvent être considérées comme des analyses juridiques micro ou macro-comparatives, c’est-à-dire des comparaisons détaillées de deux pays ou des études de grande envergure de plusieurs pays. Des études comparatives de droit civil, par exemple, montrent comment le droit des relations privées est organisé, interprété et utilisé dans différents systèmes ou pays. Les buts du droit comparé sont :

Approfondir la connaissance des systèmes juridiques en vigueur
Perfectionner les systèmes juridiques en vigueur
Eventuellement, contribuer à l’unification des systèmes juridiques, à plus ou moins grande échelle (cf. par exemple, l’initiative d’UNIDROIT).
Relations avec d’autres sujets de droit
Le droit comparé est différent des domaines de la jurisprudence générale (théorie du droit), du droit international, y compris le droit international public et le droit international privé (également appelé conflit de lois).

Malgré les différences entre le droit comparé et ces autres domaines juridiques, le droit comparé contribue à informer tous ces domaines de normativité. Par exemple, le droit comparé peut aider les institutions juridiques internationales, comme celles du système des Nations Unies, à analyser les lois des différents pays en ce qui concerne leurs obligations conventionnelles. Le droit comparé serait applicable au droit international privé lors de l’élaboration d’une approche de l’interprétation dans une analyse de conflit. Le droit comparé peut contribuer à la théorie du droit en créant des catégories et des concepts d’application générale. Le droit comparé peut également apporter des éclaircissements sur la question des transplantations juridiques, c’est-à-dire la transplantation du droit et des institutions juridiques d’un système à un autre. La notion de transplantation juridique a été inventée par Alan Watson, l’un des juristes de renommée mondiale spécialisé en droit comparé.

De plus, l’utilité du droit comparé pour la sociologie du droit, le droit et l’économie (et vice versa) est très grande. L’étude comparative des différents systèmes juridiques peut montrer comment des réglementations juridiques différentes pour un même problème fonctionnent dans la pratique. Inversement, la sociologie du droit et le droit et l’économie peuvent aider le droit comparé à répondre à des questions telles que :

Comment les réglementations des différents systèmes juridiques fonctionnent-elles réellement dans les sociétés respectives ?
Les règles juridiques sont-elles comparables ?
Comment expliquer les similitudes et les différences entre les systèmes juridiques ?

Classification des systè

Classification des systèmes juridiques
Arminjon, Nolde et Wolff
Arminjon, Nolde et Wolff croyaient que, pour classer les systèmes juridiques contemporains du monde (de l’époque), il fallait étudier ces systèmes en soi, indépendamment des facteurs externes, comme les facteurs géographiques. Ils ont proposé de classer le système juridique en sept groupes, ou  » familles « , en particulier la

  • le groupe français, au sein duquel ils ont également inclus les pays qui ont codifié leur loi soit au XIXe siècle, soit dans la première moitié du XXe siècle, en s’inspirant du code civil napoléonien de 1804, notamment l’Italie, le Portugal, l’Espagne, la Roumanie, la Louisiane, divers États sud-américains comme le Brésil, le Québec, Sainte Lucie, les îles ioniennes, l’Égypte, le Liban
  • groupe allemand
  • Groupe scandinave, comprenant les lois du Danemark, de la Norvège, de la Suède, de la Finlande et de l’Islande
  • Groupe anglais, y compris, entre autres, l’Angleterre, les États-Unis, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande
  • groupe russe
  • Groupe islamique (utilisé dans le monde musulman)
  • groupe hindou

David
René David propose de classer les systèmes juridiques, selon les différentes idéologies qui inspirent chacun d’eux, en cinq groupes ou familles :

Les lois occidentales, un groupe subdivisé en :

– Sous-groupe de droit civil (dont la jurisprudence est basée sur le droit romain post-classique)
– Sous-groupe de common law (issu du droit anglais)
– droit soviétique
– loi musulmane
– droit hindou
– droit chinois
– droit judaïque
Surtout en ce qui concerne l’agrégation par David des lois civiles et de la common law en une seule famille, David a soutenu que l’antithèse entre les systèmes de common law et de droit civil, est de nature technique plutôt qu’idéologique. Par exemple, l’antithèse entre, disons, les lois italiennes et américaines est d’un genre différent de celle qui existe entre les lois soviétiques, musulmanes, hindoues ou chinoises. Selon David, les systèmes juridiques de droit civil incluaient les pays où la science juridique a été formulée selon le droit romain, alors que les pays de common law sont ceux dominés par le droit jurisprudentiel. Les caractéristiques qui, selon lui, différencient de façon unique la famille juridique occidentale des quatre autres sont les suivantes :

  • démocratie libérale
  • économie capitaliste
  • religion chrétienne

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire