Cours de droit américain

Le droit américain : cours et fiches du droit des Etats-Unis

Le cours complet de droit américian est disponible sur ce lien.

Le droit des États-Unis s’inspire principalement du système de common law de droit anglais. Le droit des États-Unis comprend de nombreux niveaux de formes codifiées et non codifiées de droit, dont le suprême est la Constitution des États-Unis, fondement du gouvernement fédéral des États-Unis. La Constitution définit les limites du droit fédéral, qui comprend les lois du Congrès, les traités ratifiés par le Sénat, les règlements promulgués par le pouvoir exécutif[ et la jurisprudence émanant de la magistrature fédérale. Le United States Code est la compilation et la codification officielles du droit législatif fédéral général et permanent.

Le cours complet et les fiches de droit américain :

  • Cours de droit américain Le droit américain : cours et fiches du droit des Etats-Unis Le cours complet de droit américian est disponible sur ce lien. Le droit des États-Unis s’inspire principalement du système de common law de droit anglais. Le droit des États-Unis comprend de nombreux niveaux de formes codifiées et non codifiées de droit, dont le suprême est la ... Lire la suite...
  • Le droit pénal américain Droit pénal des États-Unis C’est un droit un peu particulier qui vise à protéger la société des individus les plus dangereux des délinquants. Ça veut dire que c’est un droit qui va stigmatiser un certain nombre de comportements très nocifs pour la société, la conduite en état d’ivresse, le viol, le vol, le meurtre, le détournement ... Lire la suite...
  • La protection de la vie privée et sexuelle aux États-Unis La vie privée et sexuelle aux Etats-Unis. C’est la question qui se pose de savoir est ce que l’état a le droit de rentrer dans la sphère de l’intime. La réponse apportée par le droit américain n’est pas très éloignée de celle donnée par la CEDH. On nous dit que l’état n’a pas à se mêler ... Lire la suite...
  • La liberté d’expression et de religion aux États-Unis Les libertés individuelles aux Etats-Unis. C’est un chapitre dans lequel le droit américain adopte des décisions qui sont souvent en très nette opposition avec ce qui existe en droit français. Pour bien comprendre il faudra essayer de comprendre le contexte juridique et aussi culturel. Ces libertés individuelles profitent à tous, aux américains (noirs blancs femmes …).   I) ... Lire la suite...
  • Critiques et aspects négatifs de la justice aux États-Unis Quel sont les aspects négatifs de la justice américaine? Le droit américain c’est bien souvent des affaires qui peuvent choquer, poser question parce qu’elles sont le reflet de traumatismes de points non réglés dans la société américaine. La justice américaine est le reflet d’une société tourmentée. Le problème de la violence est un problème récurrent, les Etats-Unis ... Lire la suite...
  • Les avantages de la justice des Etats-Unis Quels sont les  aspects positifs de la justice américaine? Aux Etats-Unis on ne peut pas nier le poids des justiciables américains. Ce poids veut dire que le droit américain offre un certain nombre de mécanismes qui permettent aux américains de faire entendre leur voix en justice, l’exemple des « class action ». En France le dommage de ... Lire la suite...
  • Le système judiciaire américain Le système judiciaire des Etats-Unis   Le droit américain est un droit de Common Law qui sont les droits anglais, australien, des anciennes colonies du Common wealth Afrique du sud, inde, le droit américain. Ce sont tous les droits qui tirent leurs racines du système anglais. Même si des directives européennes s’appliquent sur l’Angleterre la matière de ... Lire la suite...
  • Le droit américain – Droit des États-Unis Cours droit américain Thème 1: Introduction générale. Introduction générale au droit comparé. Qu’est-ce que le droit comparé ? C’est la matière qui s’intéresse à la comparaison des systèmes juridiques. Cela va nous amener à envisager deux questions. Thème 1: Introduction générale. PARTIE 1 : Pourquoi le droit comparé ? A) Quelle est l’utilité théorique du droit comparé  B) Nécessité pratique. 
PARTIE 2 ... Lire la suite...

 

Un autre cours de droit des Etats-Unis :

Common Law

Le droit des États-Unis s’inspire principalement du système de common law de droit anglais.

  • Les États-Unis et la plupart des pays du Commonwealth sont héritiers de la tradition juridique de common law du droit anglais. Certaines pratiques traditionnellement autorisées par la common law anglaise sont expressément interdites par la Constitution, comme les projets de loi sur l’atteinte à la vie privée et les mandats de perquisition généraux.
  • Tous les États américains, à l’exception de la Louisiane, ont adopté des  » lois sur la réception  » qui stipulent généralement que le droit commun de l’Angleterre (en particulier le droit jurisprudentiel) est le droit de l’État dans la mesure où il n’est pas contraire au droit interne ou aux conditions autochtones.
  • Contrairement aux États, il n’y a pas de loi fédérale sur la réception en séance plénière qui a maintenu la common law et a ainsi donné aux tribunaux fédéraux le pouvoir de créer des précédents juridiques comme leurs prédécesseurs anglais.
  • Au fil du temps, les tribunaux et les assemblées législatives des États ont élargi, annulé ou modifié la common law. Par conséquent, les lois d’un État donné diffèrent invariablement de celles de ses États frères.

Tant au niveau fédéral qu’à celui des États, le droit des États-Unis s’inspirait principalement du système de common law anglais, en vigueur à l’époque de la guerre d’Indépendance. Cependant, le droit américain s’est considérablement éloigné de son ancêtre anglais, tant sur le fond que sur la procédure. Elle a incorporé un certain nombre d’innovations en matière de droit civil.

 

Common Law américaine
Les États-Unis et la plupart des pays du Commonwealth sont héritiers de la tradition juridique de common law du droit anglais. Certaines pratiques traditionnellement autorisées par la common law anglaise ont été expressément proscrites par la Constitution, comme les projets de loi d’exécution et les mandats généraux de perquisition.

En tant que tribunaux de droit commun, les tribunaux américains ont hérité du principe du stare decisis. Les juges américains, comme les juges de common law ailleurs, non seulement appliquent la loi, mais ils font aussi la loi. Leurs décisions dans les affaires dont ils étaient saisis sont devenues un précédent pour les affaires futures.

La substance même du droit anglais a été officiellement reçue aux États-Unis de plusieurs façons. Premièrement, tous les États américains, à l’exception de la Louisiane, ont adopté des  » lois sur la réception  » qui stipulent généralement que la common law de l’Angleterre (en particulier le droit jurisprudentiel) est la loi de l’État dans la mesure où elle n’est pas contraire au droit interne ou aux conditions autochtones. Certaines lois sur la réception imposent une date limite précise pour la réception, comme la date de fondation d’une colonie, tandis que d’autres sont délibérément vagues. Par conséquent, les tribunaux américains contemporains citent souvent des affaires antérieures à la Révolution lorsqu’ils examinent l’évolution d’un ancien principe de common law jurisprudentiel vers sa forme moderne. Par exemple, l’obligation de diligence accrue qui était traditionnellement imposée aux transporteurs publics en est un exemple.

Les tribunaux fédéraux n’ont pas le pouvoir plénier qu’ont les tribunaux d’État de se contenter d’inventer des lois. Les tribunaux d’État peuvent le faire en l’absence de dispositions constitutionnelles ou législatives remplaçant la common law. Ce n’est que dans quelques domaines limités, comme le droit maritime, que la Constitution a expressément autorisé le maintien de la common law anglaise au niveau fédéral (ce qui signifie que dans ces domaines, les tribunaux fédéraux peuvent continuer à légiférer comme bon leur semble, sous réserve des limites du stare decisis).

Précédent fédéral (Federal Precedent)

Contrairement aux États, il n’y a pas de loi fédérale sur la réception en séance plénière qui a maintenu la common law et a ainsi donné aux tribunaux fédéraux le pouvoir de créer des précédents juridiques comme leurs prédécesseurs anglais. Les tribunaux fédéraux sont exclusivement créés par la Constitution fédérale et les lois fédérales sur le pouvoir judiciaire. Toutefois, il est universellement reconnu que les Pères fondateurs des États-Unis, en conférant le pouvoir judiciaire à la Cour suprême et aux tribunaux fédéraux inférieurs en vertu de l’article 3 de la Constitution des États-Unis, leur ont conféré le pouvoir judiciaire implicite des tribunaux de droit commun de formuler des précédents persuasifs. Ce pouvoir a été largement accepté, compris et reconnu par les Pères fondateurs au moment de la ratification de la Constitution. Plusieurs juristes ont soutenu que le pouvoir judiciaire fédéral de trancher des  » affaires ou des controverses  » comprend nécessairement le pouvoir de décider de l’effet de précédent de ces affaires et controverses.

STATE LAW (Loi de l’État)
Au fil du temps, les tribunaux et les assemblées législatives des États ont élargi, annulé ou modifié la common law. Par conséquent, les lois d’un État donné diffèrent invariablement de celles de ses États frères. Par conséquent, en ce qui concerne la grande majorité des domaines du droit qui sont traditionnellement gérés par les États, les États-Unis ne peuvent être classés comme ayant un seul système juridique. Il faut plutôt le considérer comme 50 systèmes distincts de droit de la responsabilité civile délictuelle, de droit de la famille, de droit de la propriété, de droit des contrats, de droit pénal, et ainsi de suite. Naturellement, les lois des différents États entrent souvent en conflit les unes avec les autres. En réponse, un très vaste corpus juridique a été élaboré pour réglementer les conflits de lois aux États-Unis.

Tous les États ont un pouvoir législatif qui édicte les lois de l’État, un pouvoir exécutif qui promulgue les règlements de l’État en vertu d’une autorisation statutaire, et un pouvoir judiciaire qui applique, interprète et parfois annule les lois, règlements et ordonnances locales des États.

Dans certains États, la codification est souvent considérée comme une simple reformulation de la common law. Cela se produit dans la mesure où l’objet de la loi en cause était couvert par un principe jurisprudentiel de common law. Les juges sont libres d’interpréter librement les codes à moins et jusqu’à ce que leur interprétation soit expressément annulée par le législateur. Dans d’autres États, il existe une tradition de stricte adhésion au texte clair des codes.

 

Principales sources du droit américain

Les principales sources du droit américain sont le droit constitutionnel, le droit législatif, les traités, les règlements administratifs et la common law.

  • Lorsque le Congrès adopte une loi contraire à la Constitution, la Cour suprême peut la déclarer inconstitutionnelle et la déclarer invalide. Une loi ne disparaît pas automatiquement parce qu’elle a été jugée inconstitutionnelle ; une loi subséquente doit la supprimer.
  • Les États-Unis et la plupart des pays du Commonwealth sont héritiers de la tradition juridique de common law du droit anglais. Certaines pratiques traditionnellement autorisées par la common law anglaise ont été expressément proscrites par la Constitution, comme les projets de loi sur l’atteinte à la vie privée et les mandats de perquisition généraux.
  • Les premiers tribunaux américains, même après la Révolution, ont souvent cité des arrêts anglais contemporains. En effet, les décisions des cours d’appel de nombreux tribunaux américains n’étaient pas régulièrement rapportées avant le milieu du XIXe siècle ; les avocats et les juges utilisaient des documents juridiques en anglais pour combler cette lacune.
  • Le droit étranger n’a jamais été cité comme précédent contraignant, mais simplement comme le reflet des valeurs communes de la civilisation anglo-américaine ou même de la civilisation occidentale en général.
    La plupart des lois américaines se composent principalement de lois étatiques, qui peuvent varier considérablement d’un État à l’autre, ce qui est le cas.

Aux États-Unis, la loi provient de diverses sources. Ces sources sont le droit constitutionnel, le droit législatif, les traités, les règlements administratifs et la common law. Tant au niveau fédéral qu’à celui des États, le droit des États-Unis était à l’origine largement dérivé du système de common law anglais, qui était en vigueur au moment de la guerre d’Indépendance. Toutefois, le droit américain s’est considérablement éloigné de son ancêtre anglais, tant sur le fond que sur la procédure, et a incorporé un certain nombre d’innovations en droit civil. Ainsi, la plupart des lois américaines se composent principalement de lois étatiques, qui peuvent varier considérablement d’un État à l’autre, ce qui est le cas.

Constitutionnalité
Lorsque le Congrès adopte une loi contraire à la Constitution, la Cour suprême peut la déclarer inconstitutionnelle et la déclarer invalide. Une loi ne disparaît pas automatiquement parce qu’elle a été jugée inconstitutionnelle ; une loi subséquente doit la supprimer. De nombreuses lois fédérales et étatiques sont restées en vigueur pendant des décennies après avoir été déclarées inconstitutionnelles. Toutefois, en vertu du principe du stare decisis, aucune juridiction inférieure raisonnable n’appliquera une loi inconstitutionnelle, et la Cour suprême annulera tout tribunal qui le fera. Inversement, tout tribunal qui refuse d’appliquer une loi constitutionnelle (lorsque cette constitutionnalité a été expressément établie dans des affaires antérieures) risque d’être annulé par la Cour suprême.

Common Law américaine
En tant que tribunaux de droit commun, les tribunaux américains ont hérité du principe du stare decisis. Les juges américains, comme les juges de common law ailleurs, non seulement appliquent le droit, mais ils le font aussi, dans la mesure où leurs décisions dans les affaires dont ils sont saisis deviennent des précédents pour les décisions dans les affaires futures.

La substance même du droit anglais a été formellement « reçue » aux États-Unis de plusieurs manières. Premièrement, tous les États américains, à l’exception de la Louisiane, ont adopté des  » lois sur la réception  » qui stipulent généralement que la common law de l’Angleterre (en particulier le droit jurisprudentiel) est la loi de l’État dans la mesure où elle n’est pas contraire au droit interne ou aux conditions autochtones. Certaines lois sur la réception imposent une date limite précise pour la réception, comme la date de fondation d’une colonie, tandis que d’autres sont délibérément vagues. Ainsi, les tribunaux américains contemporains citent souvent des affaires antérieures à la Révolution lorsqu’ils examinent l’évolution d’un ancien principe de common law jurisprudentiel vers sa forme moderne, comme l’obligation de diligence accrue traditionnellement imposée aux transporteurs publics.

Deuxièmement, un petit nombre de lois britanniques importantes en vigueur au moment de la Révolution ont été adoptées de façon indépendante par les États américains. Deux exemples que de nombreux avocats reconnaîtront sont le Statute of Frauds (encore largement connu aux États-Unis sous ce nom) et le Statute of 13 Elizabeth (l’ancêtre de la Uniform Fraudulent Transfers Act). De telles lois anglaises sont encore régulièrement citées dans des affaires américaines contemporaines interprétant leurs descendants américains modernes.

Toutefois, il est important de comprendre qu’en dépit de la présence de lois sur l’accueil, une grande partie de la common law américaine contemporaine s’est considérablement écartée de la common law anglaise. La raison en est que, bien que les tribunaux des divers pays du Commonwealth soient souvent influencés par les décisions des uns et des autres, les tribunaux américains suivent rarement les décisions rendues après la Révolution, à moins qu’il n’y ait pas de décision américaine sur ce point, les faits et le droit en cause sont presque identiques et le raisonnement est fortement persuasif.

Dès le début, les tribunaux américains, même après la Révolution, ont souvent cité des arrêts anglais contemporains. En effet, les décisions des cours d’appel de nombreux tribunaux américains n’étaient pas régulièrement rapportées avant le milieu du XIXe siècle ; les avocats et les juges, en tant que créatures de l’habitude, utilisaient des documents juridiques anglais pour combler le vide. Mais les citations de décisions anglaises ont progressivement disparu au cours du XIXe siècle, à mesure que les tribunaux américains élaboraient leurs propres principes pour résoudre les problèmes juridiques du peuple américain. Le nombre de volumes publiés de rapports américains est passé de dix-huit en 1810 à plus de 8 000 en 1910. En 1879, l’un des délégués à la convention constitutionnelle de la Californie se plaignait déjà : « Maintenant, lorsque nous leur demandons d’énoncer les motifs d’une décision, nous ne voulons pas dire qu’ils doivent écrire une centaine de pages de détails. Nous ne voulons pas dire qu’ils incluront les petites affaires et qu’ils imposeront au pays toute cette belle littérature judiciaire, car le Seigneur sait que nous en avons déjà assez. ”

Aujourd’hui, selon les mots du professeur de droit de Stanford Lawrence Friedman : Les cas américains citent rarement des documents étrangers. Les tribunaux citent parfois un ou deux classiques britanniques, une vieille affaire célèbre ou un clin d’œil à Blackstone, mais le droit britannique actuel n’est presque jamais mentionné. Le droit étranger n’a jamais été cité comme précédent contraignant, mais simplement comme le reflet des valeurs communes de la civilisation anglo-américaine ou même de la civilisation occidentale en général.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire