La consommation et l’épargne

La consommation et l’épargne

La consommation et l’épargne constituent les 2 formes d’utilisations du revenu disponible a ce titre la consommation et l’épargne détermine ce que seront l’investissement et la croiss. Consommer: La consommation correspond a la destruction par l’usage. Epargner = économiser. Niveaux d’épargne et niveaux de consommation sont liés On étudie la consommation et l’épargne parce que c’est la base qui va nous permettre de comprendre ce qu’on fait de notre revenus.

Le pouvoir d’achat c’est ce que je peut acheter avec mon revenu que je touche. Graphique: on peut remarquer que le pouvoir d’achat augmente aux alentours de 1 a 2% par an. En Moyenne les Français épargnent 15 à 20% de leurs revenu.

A. La consommation 

En France quel est le montant de la consommation des ménages: Les ménages fr ont dépensé 41 milliard d’euros en dépenses de conso en Sept 2011.Il y a différents poste: l’alimentaire 14 milliards, les biens manufacturés etc.Les variations mensuel de la consommation… 80% des produit manufacturés qui ont une valeur de – de 20 euros sont fabriqués en Chine.

1) définitions et forme de la consommation Etymologie:Consommer c’est «consumare» en latin: faire la somme, achever, consommer Au sens littéral: la consommation c’est l’achèvement, accomplissement, réalisation (consommation d’un sacrifice, d’un mariage) Au sens éco la consommation c’est la destruction + ou – rapide par l’usage d’1 bien. On va consommer parce qu’on a des besoins, a chaque besoin va correspondre un produit. L’acte de consommation est un acte individuel. On va consommer des biens, des services. Il faux produire ces biens et services et pour que l’entrepreneur produisent le bien il faut savoir si on consomme = le bien est produit c’est pourquoi je consomme ou je consomme le bien donc on va le produire. J.B Say: loi  des débouchés: Entrepreneur, il suffit qu’on produisent pour écouler nos produits.Keynes : Il faut montrer qu’on veut de la consommation. Les formes de la consommation

 La consommation marchande concerne l’achat de bien et services sur le marché. Pour avoir un conso marchande il faut avoir un prix un échange un achat.

Un service c’est un bien immatériel, ces services peuvent être collectifs ou individuels Service publique: qu’on bénéficient gratuitement ou presque mais qu’on paye via les impôts. Autoconsommation:la production de bien ou service pour soi même pour sa famille ou pour un groupe restreint: Ex babysitting pour sa sœur.

2) La structure de consommation des ménages Il s’agit ici de la Consommation finale des ménages et pas de la consommation intermédiaire. Consommation intermédiaire: c‘est la consommation des entreprises, les entreprises vont consommer des biens et services pr pouvoir créer d’autres services et biens. La structure de consommation des ménages représente la décomposition de la consommation en différent poste budgétaire. Ex: le poste habillement, l’alimentation , les loisirs etc.. Cette structure a évolué au cours du temps, afin de comprendre l’importance d’un poste budgétaire on calcule les coefficients budgétaire. Le coefficient budgétaire est le rapport entre le montant d’un poste budgétaire et le totale de la consommation des ménages. Ex: Tableau structure de consommation des ménages. Les prod alimentaires, l’alimentation ainsi que les boissons nn alcoolisé représente 15, 5% de la dépense des ménages. Le logement représente 16,2% de la conso des ménages. Notion d’élasticité: mesure les variations qui existe d’une variable qui impact une autre. Elasticité prix: variations de la demande d’un bien issu d’une variation du prix de ce bien. Ed /p = variation de demande / variation du prix. Ed/p = ∆D/D/  ∆P/P Elasticité = -2 lorsque le prix du bien augmente de 1% la demande de ce bien baisse de 2%. Lorsque le prix d’un bien augmente la demande de ce bien diminué: élasticité négative. Elasticité revenue: variation de la demande d’un bien issue de la variation du revenue du consommateur. E d/r = variation de la demande / variation du revenu. E d/r = ∆D/D/ ∆R/R Ex: élasticité égale à 3, lorsque le revenu augmente de 1% la demande augmente de 3% Elasticité prix croisé: variation de la demande d’un bien issue de la variation du prix d’un autre bien; Edx/py = ∆Dx/Dx / ∆Py/Py Exemple: le prix de la poire diminue on achète plus de poire mais moins de pommes. 

Les lois d’Engel (1857):Economiste Engel en 1857 fait une étude sur les habitudes de consommation des ménage et en sort des lois de classification des prix. Il s’intéresse a la variation de la demande issue de la variation du revenue, classification en 3 phases: 

·         Les biens inférieurs: e d/r < 0 la demande du bien diminue lorsque le revenu augmente ( ex, le pain , la pomme de terre) 

·          Les biens normaux: 0 < e d/r < 1 , il s’agit de biens dont la demande augmente lorsque le revenue augmente mais moins que proportionnellement. ( ex: nourriture, biens de première nécessité) 

·         Les biens supérieurs: e d/r > 1 (ex:loisirs, culture, santé) 

Limite de cette problématique: ou placer tel ou tel produit.

Pour l’élasticité prix, lorsque le prix d’un bien baisse je vais consommer plus de ce bien la et inversement. Les biens Giffen: L’économiste Giffen  vers la fin du XIXème a montré qu’il existe un phénomène: lorsque le prix d’un bien augmente la demande du bien en question augmente. Giffen met en avant que pr 1 catégorie de pop, lrsq les prix aug  ils ne peuvent + se permettre d’acheter des produits trop chèrs pour eux, dc ils ne vont + les acheter pour acheter les produits de  1ere nécessité: les pop pauvres ne peuvent pas acheter des produits alimentaire onéreux dc ils se nourrissent de pomme de terre et pain. Dc lorsque le prix de la pomme de terre augmenter il vont consommer + de pomme de terre car il ne peuvent pas acheter autre chose.

B. L’épargne

Taux d’épargne en France est relativement élevé comparé aux autres pays, il est stabilisé autour des 15 a 17%: augmentation ds les années 70, forte diminution années 80 et re stabilisation depuis la fin du 20ème siècle. Epargner: peur du lendemain. Ce taux d’épargne se divise en 2 variables, l’épargne financière et l’épargne sous forme de logement. Au début des années 90 épargne exclusivement dans les logements = bulle et crack immobilier.

1) Définition et forme de l’épargne Quesque c’est que l’épargne? est ce que j’épargne pour consommer demain ? ou parce que je ne sais pas quoi faire d’une partie de mon revenu qui me sert a rien. Deux visions qui étudie pourquoi est ce qu’on épargne. Epargne : faire des économies mettre en réserve au sens courant. Au sens économique c’est la partie du revenu qui n’est pas consacré a la consommation. 

L’épargne d’aujourd’hui ne fait pas plaisir au consommateur. L’épargne c’est un sacrifice. Mais renoncer a 1 consommation immédiate permet au consommateur de consommer dans l’avenir. L’individu veut jouir de son revenu ojd et nn pas demain sauf que utiliser l’ensemble de sn revenu ojd ce qui ramène a un taux d’épargne nul, ne permet pas d’investir pour demain.

2) la structure de l’épargne La valeur du patrimoine des français correspond a environ 9000 milliard d’euros, patrimoine divisé en deux forme: en actifs non financières (ensemble des investissement dans le logement)  et actifs financières. On a la distinction suivante: 6700 milliard de patrimoine non financier et 2500 milliard de patrimoine financier. En grosse majorité, les français détiennent leurs patrimoine sous forme de logement => investissement dans la pierre. Consommateur a une préférence pour le présent, pour le consommateur l’épargne constitue une désutilité, il va si on suit le résonnement donc consommer la totalité de son revenue. Or l’épargne constitue l’investissement de demain => contradiction mis en valeur pas J.B Say qui distingue la consommation « improductive » et la consommation « reproductive ». Pour lui la consommation «improductive» c’est la consommation qui va entrainer une satisfaction immédiate, cela peut s’assimiler a du gâchis pour Say, on va profiter du temps présent sans penser a demain. La consommation « reproductive » permet la reproduction d’1 bien et dc une consommation différéE. Cette consommation permet de souligner l’habilité de chacun dans la production de bien futur. L’investissement d’aujourd’hui va permettre de créer des produits pour demain. 

                

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire