violence

Définition juridique des actes de violence

Définition et caractéristiques des actes de violence

La notion de violence couvre une gamme étendue d’actes qui, traditionnellement, incluaient les « coups et blessures » ou les « voies de fait » dans l’ancienne terminologie du code pénal. Ces actes se caractérisent par la nécessité d’un contact, direct ou indirect (comme l’utilisation d’une arme), avec la victime, entraînant des conséquences variées, potentiellement fatales. La violence peut également émaner d’actions n’impliquant pas de contact physique, provoquant un choc émotionnel ou un trouble psychologique chez la victime. Ces actes peuvent impliquer l’intimidation par l’intermédiaire d’une tierce personne, d’un objet, ou être perpétrés à distance (par exemple, au travers de lettres anonymes ou de harcèlement téléphonique).

Conditions d’application de la notion de violence

Pour qu’un acte soit juridiquement considéré comme violent, il doit causer un préjudice à l’intégrité physique de la victime, que ce préjudice soit la conséquence directe de l’acte de violence, qu’il soit immédiat ou différé, direct ou indirect.

En outre, l’acte de violence doit être volontaire et intentionnel, ce qui le distingue des actes de négligence ou d’imprudence. Il importe de déterminer si l’auteur avait l’intention de commettre l’acte, indépendamment de sa volonté concernant les conséquences de celui-ci. Ainsi, un acte de violence dont les conséquences dépassent l’intention initiale de l’auteur (par exemple, si la victime décède des suites de coups non destinés à tuer) reste considéré comme tel. Cependant, si l’acte initial vise un objet et non une personne, causant un dommage à cette dernière de manière indirecte, il sera généralement qualifié d’imprudence ou de négligence, sauf si l’auteur était conscient du risque de blesser quelqu’un.

Intentionnalité et préméditation

L’intention doit accompagner l’acte de violence au moment de sa commission. Il est crucial de noter que la préméditation, bien qu’étant une circonstance aggravante, diffère de l’intention initiale. De plus, le mobile de l’acte, bien qu’important pour comprendre les motivations de l’auteur, n’est pas pris en compte dans la qualification juridique de l’infraction.