Qu’est-ce que la doctrine positiviste ?

Que sont les doctrines positivistes?

Les doctrines naturalistes et positivistes en droit sont deux approches différentes sur la façon dont le droit doit être appliqué. La doctrine naturaliste soutient que le droit devrait être fondé sur des principes moraux et éthiques, tandis que la doctrine positiviste soutient que les lois doivent être appliquées indépendamment des considérations morales ou politiques.

Section 1 : La distinction entre doctrine naturaliste et doctrine positiviste?

Les doctrines positivistes en droit sont une approche qui considère que la loi doit être appliquée indépendamment des considérations morales ou politiques. Selon ce point de vue, les lois sont des règles fixes et neutres qui doivent être appliquées par un tribunal, indépendamment de leur bien-fondé ou de leur justice. Les doctrines positivistes sont souvent associées à la pensée de l’école de juristes allemands du 19e siècle, notamment les travaux de Hans Kelsen [1], qui est considéré comme le principal fondateur de l’approche positiviste.

Les doctrines naturalistes en droit sont une approche qui soutient que le droit devrait être fondé sur des principes moraux et éthiques, plutôt que sur des règles neutres et fixes. Selon ce point de vue, les tribunaux devraient s’efforcer de rendre une décision qui soit juste et équitable, et non de simplement appliquer une loi. Les doctrines naturalistes sont souvent associées à la pensée d’un autre groupe de juristes allemands du 19e siècle, notamment les travaux d’Hugo Grotius, qui est considéré comme le principal fondateur de cette approche

Les grands auteurs de la doctrine naturaliste sont Hugo Grotius et John Austin. Grotius, qui a écrit son œuvre principale De jure belli ac pacis en 1625, est considéré comme le principal fondateur de l’approche naturaliste. Austin, qui a publié The Province of Jurisprudence Determined en 1832, est l’un des principaux défenseurs de l’approche naturaliste.

Section 2 : Les doctrines positivistes

  • Les doctrines positivistes en droit sont un courant de pensée qui soutient que la validité d’une norme juridique dépend uniquement de sa source d’émission, et non de sa conformité à des valeurs morales ou éthiques.

I. Les sources de la validité des normes juridiques

  • Selon les positivistes, les normes juridiques ne sont valides que si elles proviennent de sources reconnues par le système juridique en place, comme les lois édictées par le pouvoir législatif ou les décisions de justice.
  • Les normes juridiques qui ne proviennent pas de ces sources ne sont pas considérées comme valides.

II. La distinction entre droit et morale

  • Les positivistes soutiennent que le droit et la morale sont deux domaines distincts, qui ne doivent pas être confondus.
  • Selon eux, le droit ne doit pas être utilisé pour imposer des valeurs morales à la société, mais plutôt pour réglementer les relations sociales et économiques.

III. Les critiques des doctrines positivistes

  • Les doctrines positivistes ont été critiquées pour leur manque de souci pour les valeurs morales et éthiques, ainsi que pour leur tendance à ne pas prendre en compte les contextes sociaux et historiques.
  • Certaines personnes ont également critiqué les doctrines positivistes pour leur tendance à justifier l’injustice et l’inégalité sociale.

Section 3 : Les différentes doctrines positivistes comprennent :

  1. Le positivisme juridique classique : cette doctrine est associée à l’œuvre de Jeremy Bentham et John Austin. Il soutient que le droit est une série de commandements formulés par l’État.
  2. Le positivisme légal : cette doctrine est associée à l’œuvre de Hans Kelsen. Il soutient que le droit est une hiérarchie de normes et que la norme supérieure, ou la constitution, est la source ultime du droit.
  3. Le positivisme normatif : cette doctrine est associée à l’œuvre de Norbert Haas. Il soutient que le droit est un système normatif, et non une série de commandements formulés par l’État.
  4. Le positivisme critique : cette doctrine est associée à l’œuvre de Jürgen Habermas. Il soutient que le droit est un système normatif, mais qu’il est également influencé par les normes morales et les intérêts sociaux.
  5. Le positivisme sociologique : cette doctrine est associée à l’œuvre de Émile Durkheim. Il soutient que le droit est influencé par les normes sociales et les valeurs dominantes dans une société donnée.

V. Conclusion

  • Les doctrines positivistes en droit sont un courant de pensée qui soutient que la validité d’une norme juridique dépend uniquement de sa source d’émission, et non de sa conformité à des valeurs morales ou éthiques.
  • Bien qu’elles aient été critiquées pour leur manque de souci pour les valeurs morales et éthiques, les doctrines positivistes continuent d’être un courant de pensée important en droit.