Le réalisme et le néoréalisme

LA CONCEPTION REALISTE et NEOREALISTE DES RELATIONS INTERNATIONALES

Le qualificatif réaliste désigne les auteurs qui prétendent considérés l’Humain et les rapports sociaux, notamment les relations politiques tel qu’ils sont et non tel que l’on voudrait qu’il soit.

Le réalisme a dominé l’étude académique des relations internationales depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les réalistes prétendent offrir à la fois l’explication la plus exacte du comportement de l’État et un ensemble de prescriptions politiques (notamment l’équilibre du pouvoir entre les États) pour améliorer les éléments déstabilisateurs inhérents aux affaires internationales. 

C’est conception la plus ancienne et sans doute la plus répandue, elle se subdivise en deux courant : le réalisme classique et le néo réalisme.

SECTION 1 : LE RÉALISME CLASSIQUE

Malgré les nuances qui existent entre les différents courants qui se rattachent à la conception réalisme des Relations Internationales, on peut cependant dégager quelque grand trait structurant cette conception :

L’approche réalisme est fondée sur la problématique de l’état de nature, sur le rôle central de l’État et sur le paradigme de l’intérêt.

A-   L’état de nature  : Se référé à la pensée de Thomas Hobbes

D-   Le paradigme de l’intérêt  : Se réfère à Morgenthau

E-   La centralité de l’état  : Pour la théorie réalisme tout est politique l’État joue un rôle centrale pour garantie l’ordre et la sécurité tant sur le plan interne que sur le plan des relations internationales.

Sur le plan de la politique étrangère c’est la souveraineté qui confie aux États sa légitimité. En effet en vertu de sa souveraineté ils disposent de moyens militaires autonomes qui leurs permettent d’envisager leurs destruction mutuelle ce qui les rend par nature dangereux les uns pour les autres.

 

Les réalistes se réclament souvent d’une ancienne tradition de pensée politique. Parmi les auteurs classiques souvent cités par les réalistes figurent Thucydides, Machiavel, Thomas Hobbes, Jean-Jacques Rousseau et Max Weber. Le réalisme en tant que mouvement conscient de soi dans l’étude des relations internationales est apparu au milieu du XXe siècle et a été inspiré par le politologue et historien britannique E.H. Carr. Carr a attaqué ce qu’il percevait comme le dangereux et trompeur « idéalisme » des internationalistes libéraux et, en particulier, leur croyance en la possibilité de progrès par la construction d’institutions internationales, telles que la Société des Nations. Il s’est plutôt concentré sur le rôle pérenne du pouvoir et de l’intérêt personnel dans la détermination du comportement de l’État. Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale a converti de nombreux chercheurs à cette vision pessimiste. Par la suite, le réalisme s’est établi dans les départements américains de science politique, avec l’arrivée d’un certain nombre de chercheurs européens émigrés, en particulier le politologue et historien d’origine allemande Hans Morgenthau. C’est le réalisme de Carr, Morgenthau et de leurs disciples qui est qualifié de classique.

Le réalisme classique n’était pas une école de pensée cohérente. Elle a puisé dans une grande variété de sources et a offert des visions concurrentes de soi, de l’État et du monde. Alors que Carr a été influencé par le marxisme, Morgenthau s’est inspiré de Friedrich Nietzsche, Weber, Carl Schmitt, et le républicanisme civique américain. Les réalistes classiques étaient unis principalement par ce à quoi ils s’opposaient. Critiques de l’optimisme et de l’ambition explicative des internationalistes libéraux, les réalistes classiques ont plutôt souligné les divers obstacles au progrès et à la réforme qui seraient inhérents à la nature humaine, aux institutions politiques ou à la structure du système international. La fortune du réalisme classique, fondée sur une combinaison d’histoire, de philosophie et de théologie, s’est effondrée à l’époque du comportementalisme social-scientifique dans les années 1960. Ses fortunes ont été ravivées par l’émergence du néoréalisme dans les années 1970.

SECTION 2 : LE NEO-REALISME

Le néoréalisme ou réalisme structurel veut que la nature de la structure internationale soit définie par son principe d’ordre, l’anarchie et la répartition des capacités (mesurée par le nombre de grandes puissances dans le système international). Le principe d’ordre anarchique de la structure internationale est décentralisé, ce qui signifie qu’il n’y a pas d’autorité centrale formelle ; chaque État souverain est formellement égal dans ce système. Ces États agissent selon la logique de l’égoïsme, c’est-à-dire qu’ils recherchent leurs propres intérêts et ne subordonneront pas leurs intérêts à ceux d’autres États.

Les États sont supposés au minimum vouloir assurer leur propre survie car c’est une condition préalable à la poursuite d’autres objectifs. Cette force motrice de survie est le principal facteur qui influence leur comportement et, à son tour, garantit que les États développent des capacités militaires offensives pour l’interventionnisme étranger et comme moyen d’accroître leur pouvoir relatif. Parce que les États ne peuvent jamais être certains des intentions futures des autres États, il y a un manque de confiance entre eux qui les oblige à se méfier des pertes relatives de pouvoir qui pourraient permettre à d’autres États de menacer leur survie. Ce manque de confiance, fondé sur l’incertitude, s’appelle le dilemme de la sécurité.

Les États sont considérés comme similaires en termes de besoins, mais pas en termes de capacités à y répondre. Le placement positionnel des états en termes de capacités détermine la distribution des capacités. La répartition structurelle des capacités limite ensuite la coopération entre les Etats par crainte des gains relatifs réalisés par d’autres Etats et de la possibilité d’une dépendance vis-à-vis d’autres Etats. Le désir et les capacités relatives de chaque État de maximiser le pouvoir relatif s’imposent mutuellement, ce qui se traduit par un  » équilibre des pouvoirs  » qui façonne les relations internationales. Elle soulève également le  » dilemme de la sécurité  » auquel toutes les nations sont confrontées. Il y a deux façons pour les États d’équilibrer leur pouvoir : l’équilibrage interne et l’équilibrage externe. L’équilibre interne se produit lorsque les États accroissent leurs propres capacités en augmentant la croissance économique et/ou les dépenses militaires. L’équilibre externe se produit lorsque des États concluent des alliances pour vérifier le pouvoir d’États ou d’alliances plus puissants.

Les néoréalistes soutiennent qu’il existe essentiellement trois systèmes possibles en fonction de l’évolution de la répartition des capacités, définie par le nombre de grandes puissances dans le système international. Un système unipolaire ne contient qu’une seule grande puissance, un système bipolaire contient deux grandes puissances, et un système multipolaire contient plus de deux grandes puissances. Les néoréalistes concluent qu’un système bipolaire est plus stable (moins sujet aux guerres de grandes puissances et aux changements systémiques) qu’un système multipolaire parce que l’équilibrage ne peut se faire que par un équilibrage interne, car il n’y a pas de grandes puissances avec lesquelles former des alliances.

Comme il y a seulement un équilibrage interne, et non externe, les possibilités de mauvais calculs sont moindres et donc le risque de guerre de grande puissance est réduit. Cela constitue un idéal théorique et une simplification.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire