La démocratie directe et la démocratie représentative

 La démocratie directe et la démocratie représentative

I. La démocratie directe

 

La démocratie directe c’est le système dans lequel chaque citoyen exerce le pouvoir. Elle est impossible à mettre en œuvre dans les démocraties modernes. C’est un système qui existait dans l’antiquité.

 

A. Un système réalisé dans l’antiquité

 

En général, depuis la naissance de la démocratie à Athènes au 6ème siècle avant JC.

 

1. Les institutions athéniennes

Elles sont essentiellement au nombre de 4 :

      L’ecclésia qui est l’assemblée des citoyens, elle se réunit pour adopter les lois et décider de la conduite des affaires extérieures.

      La boulé, qui est le conseil composé de 500 membres tirés au sort pour une durée d’un an, il prépare les décisions de l’ecclésia et les met en œuvre.

      L’héliée, tribunal composé de 6000 citoyens tirés au sort qui assurent le fonctionnement de la justice.

      Magistrats tirés au sort chargés de l’application des lois.

 

Caractéristique type de la démocratie à Athènes : le tirage au sort est considéré comme le mode de sélection des membres des institutions et non des élections.

De plus, le citoyen athénien doit participer aux séances de l’assemblée, il va faire partie au moins une fois dans sa vie à la Boulé. Le citoyen consacre une partie de sa vie à la vie politique.

 

2. Les limites de l’analogie

Selon les critères actuels Athènes n’est pas considéré comme une démocratie, car celle-ci n’est pas le pouvoir de tous mais le pouvoir de ceux qui appartiennent au peuple or c’est une catégorie extrêmement réduite -> il faut être majeur, de sexe masculin, de père athénien et libre. La contrepartie du fonctionnement de cette démocratie c’est l’existence des esclaves. Cette démocratie ne peut marcher que parce que la moitié des individus est exclue.

De plus, il existe un encadrement des libertés publiques, des lois régissaient les mœurs et punissaient les manquements à la religion.

 

Donc, il faut se méfier de la comparaison que l’on peut faire entre un système ancien et un système actuel.

 

B. Un système irréalisable à l’époque moderne

Il faudrait pouvoir réunir tous les citoyens dans un même lieu, il faudrait fournir une information complète sur les sujets à débattre, que les affaires à traiter ne soient pas trop nombreuses pour que les citoyens fassent autre chose que de la politique. La démocratie directe existe encore dans quelque canton suisse, l’assemblée des citoyens se réunit chaque printemps pour voter le budget, procéder à des nominations et adopter des lois. Ceci étant, en pratique on constate qu’il existe un fort taux d’absentéisme, que les débats sont superficiels et que les votes se font à main levé donc approximatifs.

 

II. La démocratie représentative

C’est un système dans lequel le pouvoir est exercé par les représentants élu par le peuple. Le peuple élit, les représentants décident. Elle existe car ce n’est pas possible de fonctionner dans le cadre d’une démocratie directe. Cependant elle fait l’objet de critique, on l’accuse d’être un système oligarchique (le pouvoir appartient à un petit nombre). Pour contourner cette critique, il faut donc prévoir des procédures de contrôle : les élus par des électeurs, on privilégie donc des élections régulières donc des mandats courts. La sanction est donc l’absence de réélection. Le deuxième moyen de contrôle c’est le contrôle des actes des représentants par les administrations.

 

III. Les tentatives de conciliation par l’élaboration de nouveaux modèles : la démocratie semi-directe et la démocratie participative

La démocratie semi-directe : consiste à associer le pouvoir de décision des représentants, avec l’intervention des citoyens dans l’exercice du pouvoir, elle peut se faire essentiellement de 3 façons :

      Les citoyens peuvent intervenir pour adopter certaines décisions

      Pour s’opposer à certaines décisions (véto populaire)

      Peuvent intervenir pour proposer certaines décisions (initiative populaire)

 

La démocratie participative : notion dont on entend beaucoup parler en France depuis 2007, contrebalance le pouvoir des représentants. Différence avec la démocratie semi-directe :

      Améliorer l’information des citoyens pour les faire participer aux débats publics, veut les faire intervenir en amont dans le débat. Favorise le débat public et non l’intervention.

      Elle vise à renforcer la participation de la société civile, c’est-à-dire moins les individus que les organisations collectives.

      Elle relance un débat en France sur la participation des groupes d‘intérêt (lobby) à l’élaboration des lois. On sait qu’en France, traditionnellement, cette participation est plutôt considérée sous un angle négatif -> elle y voit l’intérêt seulement individuel, donc égoïste. Aux USA, la confrontation des intérêts privés pour faire émerger l’intérêt général, donc chez eux la participation des lobby est tolérée -> conception réaliste, il est préférable que ceux qui décident aient toutes les informations nécessaires.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire